Il n’y a plus de condamnation en Jésus Christ

19/04/2019
Pasteur Kass KANIKI


Par Pasteur Kass KANIKI

Références : Colossiens 2 : 14, Romains 8 :1 ; Jean 8 : 1-11

0. INTRODUCTION :

Ce message est venu pour être semé dans un cœur. Peu importe la situation que tu es entrain de traverse en ce moment, Jésus vient te dire « qu’il n’y a plus de condamnation pour toi ».

I. TROIS RAISONS RETIENNENT LES GENS DANS LA CONDAMNATION :

Raison 1 : Les spécialistes de la loi.

Il peut s’agir de tes parents, de tes supérieurs hiérarchiques, de ton entourage, … des personnes qui sont peut-être munies d’une bonne foi mais qui te retiennent dans une forme de condamnation en nous imposant un certain nombre de jougs.

Il s’agit ici :

  • Des personnes qui se prennent pour des ayant droits,
  • Des personnes qui ne comprennent pas pourquoi vous devriez vous épanouir.

Raison 2 : L’isolement

La femme adultère a été placé au milieu, à l’écart de tous.

  • L’isolement te rappelle que tu ne fais plus parti de la communauté ;
  • La solitude te rappelle que tu es coupable, que tu ne peux plus être placé dans tous ;
  • La solitude te rappelle que tu fais la honte de ta famille ou de l’église ;
  • La solitude te rappelle qu’il n’y a plus d’espoir, plus d’avenir, plus personne pour te défendre ;
  • L’isolement te rappelle que tu es un candidat à la mort : pour bien t’achever, on te met de coté.

Peut-être que tu traverses une situation pareille, les gens chuchotent en te voyant passer, ton entourage te miroite que tu es coupable à cause d’une erreur de parcours. Cela te fait voir et croire que tu n’as plus d’avenir pour toi, tel un appel au suicide.

Raison 3 : Notre propre conscience.

Cette femme n’a pas été seulement condamné par les spécialistes de la loi ou mis en isolement, mais elle se condamnait aussi elle-même par sa propre conscience : Elle ne se défend même pas, se disant au de soi comment en suis-je arrive là ?

II. CE QUI FAIT NOTRE JOIE :

Ce qui fait notre joie c’est la présence de Jésus, où nous sommes encore en droit de vivre, par sa miséricorde contrairement à la présence de Hommes prompt à la condamnation.

Ce qui nous donne espoir malgré ces raisons, c’est la plus grande erreur que l’ennemi commet « nous amener dans la présence de Jésus ».

Si les sages de ce monde savaient que le salut de l’humanité devrait passer par la croix, ils n’auraient pas commis cette erreur en le crucifiant.

III. A LA LUMIERE DE COLOSSIENS 3, JESUS POSE 3 ACTIONS :

  1. Il a pris l’acte (un livre contenant toutes les raisons pour lesquelles les humains devraient être condamnés) ;
  2. Il a lu toutes les ordonnances qui s’y trouvé ;
  3. Il a ensuite pris son sang et s’est mis à tout effacer, page après pages. Partout où c’était mentionné « condamné », il a remplacé par « acquitté ». Quand il termine, il ne déchire pas cet acte, il publie l’annulation de celui-ci

Le sang peut tout effacé et là où il a effacé l’encre ne peut plus écrire