Les choses que Dieu réclame (4) - Culte Dominical

26/01/2020
Pasteur Ken LUAMBA


Il y a trois institutions que l’on retrouve dans le sabbat :
1. la Consécration des Premiers-nés
2. La Dîme
3. Les Prémices
1. La consécration des premiers-nés (Exode 13 : 1- 2 ; Exode 34 : 19)
D’où provient ce principe ?
Ce principe vient de Dieu, après avoir sauvés le peuple d’Israël de l’esclavage en Egypte et, la mort des premiers-nés égyptiens suite à l’entêtement de Pharaon (Nombre 3 :13).
Depuis ce jour-là, il s’est approprié les premiers-nés. Ils voulaient que ceux-ci soient consacrés à son service.
Les lévites rassemblaient les hommes consacrés à Dieu.
Lévites veut dire s’attacher à ; Dieu voulait que les lévites soient ceux qui s’attachent à lui. Selon la nouvelle alliance, nous sommes les premiers-nés, et nous devons nous attacher à lui.
Genèse 49 : 3, Ruben, toi, mon premier-né, ma force et les prémices de ma vigueur, dit Jacob sur son premier fils. Ce que nous avons eu en 1erlieu, Dieu veut que nous le lui donnions, tout ce qui est meilleur. Ce qui est en meilleur état. Nous lui donnons le meilleur que nous avons, c’est une manifestation de notre amour.
Jean 3 : 16, Dieu nous a tellement aimé qu’il nous a donné son fils unique, son premier-né.
Notre aptitude à céder les premières choses à Dieu démontre notre capacité à aussi lui donner le reste.
Romains 11 : 16, quand on donne les 1ère choses à Dieu cela démontre notre attachement à lui et que le reste lui est aussi consacré.
2. Les Prémices
Dieu avait demandé au peuple une gerbe de blé de leur première semence en sacrifice (Lévitique 23 : 10).
La première personne qui doit bénéficier du fruit de nos efforts c’est Dieu. Les prémices sont la manifestation de la 1ère place que l’on accorde à Dieu (Deutéronome 26 : 1-4).
Les prémices sont une expression de l’honneur fait à Dieu en faisant de lui le 1er à recevoir toutes nos possessions.
Quand on se consacre entièrement à Dieu, on ne discute pas avec ses principes.
Malheureusement, il y a parfois un écart entre nos déclarations et nos actions.
Les prémices sont un moyen par lequel l’homme passe volontairement au second plan pour laisser la première place à Dieu (Proverbes 39 : 16).
Le cœur de l’homme est très attaché aux finances, au matériel. Pour voir si un homme est vraiment brisé, il faut voir comment il est attaché aux finances.
Les prémices n’appartiennent pas aux parents, ce n’est pas la pensée de Dieu de le donner aux parents. C’est d’abord à Dieu.
Les premières entrées que tu effectues sont réservées à Dieu.
Exode 23 : 19, tu apporteras à la maison de l’Eternel les prémices
3. La Dîme (Deutéronome 14 : 22)
Le 1/10ème que l’on gagne est une partie du salaire tandis que La Dîme, c’est le premier 1/10ème de tout ce que l’on reçoit comme gain. La dîme peut se trouver dans les bénéfices ou dans le loyer de nos locataires ; ce n’est pas une institution venue avec la loi mais de Dieu et même avant l’arrivée de la Loi.
Il y a des choses pour lesquelles on ne paie pas la dîme :
- Si quelqu’un t’a remboursé de l’argent, on ne peut pas retirer de cette somme la dîme ;
- Encore moins de l’argent du minerval, des frais médicaux etc. ;
- L’on n’enlève pas la dîme dans l’argent sale : l’argent tiré de ce que l’on a gagné d’un vol, en escroquant quelqu’un ou en se prostituant (Deutéronome 23 : 18).
Dans le nouveau testament, on ne parle pas de 10%, mais c’est ce que le cœur nous indique. Dieu ne nous menace pas. La dîme, c’est l’expression de notre amour, c’est parce que nous aimons le Seigneur que nous lui accordons cela. La dîme, c’est d’abord la primauté que tu accordes à Dieu, c’est d’abord Dieu.
Les prémices et la dîme définissent la primeur que l’on accorde à Dieu.
Nous honorons Dieu en faisant de lui le premier bénéficiaire du fruit de notre travail. A chaque fois que l’on place Dieu en premier, il s’en suit des bénédictions.
En même temps que Dieu exige qu’il puisse avoir la primauté, avoir un jour qu’il lui est dédié, il pense aussi à notre bien, car à chaque fois que l’on marque ce geste, il pense toujours à nous récompenser (Proverbes 3 : 9-10).
Malachie 3 : 10-12 ; Dieu n’est jamais indifférent, il est fidèle.
Quand tu es fidèle dans la dîme et les prémices, il protège ton travail, ta famille, ta santé, etc. Mais il n’y a pas de transaction en matière de bénédiction, si nous attendons un retour en donnant, il n’est pas étonnant que l’on ne reçoive rien. On n’achète pas les faveurs de Dieu.
Ce que Dieu recherche, c’est la motivation que tu as en lui remettant la dîme et les prémices et cette motivation c’est la primauté que tu lui accordes, c’est l’amour que tu lui accordes. Ce sont des marques d’honneur.
Dans « Honneur », il y a « Honoraire » ; c’est ce que l’on paie.
Quand on parle d’honneur, cela exprime ce que l’on donne à Dieu.
1 Samuel 2 :30, J’honorerai celui qui m’honore. Ainsi, par cet honneur qu’on lui accorde, il bénit notre vie dans tous les domaines. La bénédiction de Dieu ne se cache pas dans la quantité mais dans la puissance ou le potentiel de ce que Dieu donne.
Un simple 10$, par exemple, venu de Dieu, aussi peu qu’il paraisse, peut vous permettre de couvrir tout un mois.
La bénédiction accompagne ce que Dieu te donne ; accorde-lui la première place. Que Dieu soit le premier bénéficiaire de l’œuvre de notre travail.
Amen !!!