Les Choses que Dieu réclame (5) - Culte dominical

02/02/2020
Pasteur Ken LUAMBA


Introduction : Petit Rappel
Nous sommes en train de parler des choses que Dieu nous réclame.
Dieu demande qu’on l’honore selon son entendement car, il s’agit ici de plaire au cœur de Dieu.
Nous pouvons honorer Dieu de plusieurs manières.
Ce dimanche, nous allons voir comment honorer Dieu au travers de nos offrandes.
Qu’est ce que l’offrande :
• un bien que l’on donne à quelqu’un pour manifester son attachement à lui;
• c’est un don pour l’honorer;
• C’est un don libre et volontaire fait à l’Eternel;
On retrouve les premiers gestes d’offrande dans le livre de la Genèse.
Genèse 4 : 3-5
Il y a cinq vérités sur les offrandes:
1. Dieu regarde l’homme avant son offrande.
Dieu a d’abord posé son regard de manière favorable sur Abel avant même de regarder son offrande.
Quand nous venons près de Dieu, avant de regarder le sacrifice, ou le service que nous lui consacrons, il nous regarde d’abord nous, pour voir si nous sommes agréable, sincère, ensuite, Il agréé ensuite l’offrande.
« Ce qui importe ce n’est pas ce que tu fais pour Dieu mais ce que tu es pour Dieu. »
2. L’offrande ne valorise pas l’homme aux yeux de Dieu mais c’est l’homme qui valorise l’offrande aux yeux de Dieu.
Notre Dieu n’est pas corruptible.
Les offrandes ne vont pas changer le regard de Dieu pour nous mais c’est l’état de notre cœur qui détermine le sort que Dieu va réserver à l’offrande que nous lui apportons.
Comment Dieu va t-il apprécier ce que nous lui apportons ? Cela est déterminé par l’état de notre cœur, de ce que nous sommes.Certains pensent que Caïn n’a pas été agrée par Dieu car il a apporté des légumes pourris. Non ! C’est l’état de son cœur envers Lui qui n’a pas plu à Dieu.
Abel par contre avait un attachement particulier pour Dieu.
Dieu n’a pas agrée l’offrande de Caïn et fait en sorte de lui montrer la façon dont l’offrande d’Abel a été agrée pour qu’à travers cette révélation il découvre sa vraie nature.
«Parfois, Dieu crée des situations de sorte à ce qu’il mette à nue notre vraie nature.»
Ainsi après avoir vu la gratification accordée à Abel, des envies de meurtres sont montées en lui.
Comment réagissons nous lorsque notre fierté est touchée, quand quelqu’un nous blesse? Notre réaction déterminera si réellement nous sommes enfant de Dieu et que nous Lui sommes fidèle.
 
Au verset 8 de Genèse 4, Caïn a invité son frère dans les champs pour le tuer. Frères et sœurs, toute invitation n’est pas à accepter. Une invitation n’est pas un devoir, il y a des invitations qu’il faut savoir refuser. Même si cela semble beau, apprend toujours à consulter le Seigneur avant d’accepter.
Par le geste qu’il a posé, on comprend mieux pourquoi l’offrande de Caïn ne pouvait pas être agréé.
« Pour qu’une offrande soit agréable à Dieu il faut qu’elle vienne d’un cœur bon et agréable à Dieu. »
On peut caractériser un cœur agréable à Dieu à deux niveaux :
- L’attitude : lorsque nous venons avec notre offrande nous devons venir avec une certaine attitude, nous devons avoir une certaine révérence.
«L’offrande est un culte d’adoration. Arrêtez d’offrir à la légère!»
Nos offrandes ne doivent pas être le fruit d’une improvisation, nous devons donner avec révérence et cela se prépare.
L’adoration est un culte sacré que l’on consacre à notre Dieu et cela ne se fait pas à la légère. Avant de venir il nous faut préparer notre offrande.
Dans un 1 chronique 16 : 29 il nous est demandé d’amener nos offrandes devant lui et de se prosterner devant lui.
Les offrandes sont une prosternation, dans Genèse 22 : 5, lorsque Abraham s’apprête à monter pour offrir Isaac en sacrifice, il dira à ses serviteurs qu’ils montent pour adorer Dieu.
« Le moment des offrandes n’est pas un moment pour soutenir l’œuvre de Dieu mais c’est une adoration.»
« Les offrandes ne doivent pas être une improvisation mais elles doivent être préparées.»
- la crainte de Dieu; Elle doit être une affaire quotidienne, notre vie doit être basée sur la crainte de Dieu. Parfois, lorsque nous devons servir à l’église, nous voulons nous préparer au mieux en évitant de regarder certaines choses, ou d’avoir une mauvaise attitude, de ne pas pêcher pour bien prêcher, chanter,…Or, il n’y a pas lieu de se préparer, ce mode de vie doit être encré dans notre quotidien.
Dans Esaïe 66 : 1-3, nous voyons qu’il n’y a rien sur cette terre que nous pouvons offrir à Dieu qui pourrait l’impressionner ou, qui va lui faire plaisir.
Dieu cherche notre cœur. Dieu porte son regard sur celui qui souffre, celui dont le cœur est abattu, qui s’humilie devant Lui et qui craint sa parole. Celui qui n’a pas un bon cœur et qui ne craint pas l’Eternel et qui présente une offrande devant Lui est comme celui qui adorerait des idoles.
Nous le voyons dans Proverbes 15 : 8, le sacrifice des hommes mauvais est en horreur devant l’Eternel. Ce Que Dieu cherche c’est avant tout un cœur qui le craint.
Toute le semaine nous pêchons, nous vivons dans le mensonges, dans la fraude, mais le dimanche, nous venons déposer nos offrandes. Ce n’est pas ce geste qui impressionne Dieu. Nous donnons en quelque sorte pour calmer notre conscience et ça ne devrait pas être le cas.
Même si tout le monde agit d’une certaine manière, nous ne devons pas oublier que nous, nous ne sommes pas comme tout le monde, nous sommes un peuple à part.
(Deutéronome 23 : 18) Si tu ne te répands pas, tes offrandes seront une abomination comme repris aussi dans Proverbes 21 :27 et dans Amos 5 : 2.
Dans Esaïe 1 : 10-20, Dieu ne s’arrête pas à la condamnation ou au reproche, il nous appelle aussi à la repentance, et il est prêt à nous pardonner.
La question que je vous pose ce matin, quand nous présentons notre offrande à Dieu quel est l’état de notre vie ? Dieu nous appelle et nous demande de nous repentir. Dieu se réjouit de ses enfants, et quand nous ne sommes loin de lui, Dieu pleure.
Dans Matthieu 5 : 24 – 25, Jésus nous recommande de réparer notre vie, de se réconcilier avec notre entourage d’abord avant de donner l’offrande.
Dans ta vie professionnelle tu affiches une image répugnante telle que tes collègues ne savent même pas que tu es enfant de Dieu.
Dieu nous demande d’arranger d’abord avec les autres. Peu importe la raison si quelqu’un t’en veut, que cela soit toi le fautif ou non, va le trouver et répare.
3. Loin d’être une contrainte l’offrande doit être un élan de cœur.
On ne devrait pas être contraint à donner ou donner sous les menaces d’un homme de Dieu. (Exodes 35 : 5 ; 2 corinthiens 9 : 7), Dieu aime celui qui donne avec joie.
Pour l’offrande, Dieu n’a pas placé de mesure, c’est l’expression de notre cœur. Dieu aime voir ce que nous donnons, comment nous donnons.
« Ce n’est pas la façon dont tu donnes mais c’est la valeur que tu accordes à ce que tu donnes qui important. »
 
Ce qui intéresse Dieu c’est l’élan de notre cœur. On ne lui donne pas n’importe quoi, Dieu est intéressé par ce que nous aurions pu Lui donner.
Mieux vaut ne rien donner, mais si nous donnons, faisons le bien.
Dieu bénisse sa parole