Le Sacrifice de l'Agneau pascal - Culte dominical

12/04/2020
Pasteur Ken LUAMBA


Référence : Exode 12: 1-14
Quelles sont les origines de la fête de Pâques et le sens spirituel y rattaché.
Introduction : L’origine de la fête de Pâques.
La Pâques n’a pas été instituée par l’homme : elle a été instituée par Dieu qui nous demande de la célébrer. Au départ, la Pâque ne nous concernait pas : c’était une fête juive.
Le Mot «Pâque» vient de l’hébreux Pessah et peut être compris de trois manières :
  1. Passer outre, épargner, là où l’ange de la mort passait il ne frappait que les maison où il n’y avait pas la marque de sang;
  2. La traversée, de la servitude à la délivrance, de l’Egypte en dehors du pays d’Egypte;
  3. La traversée de la mer rouge;
D’autres auteurs lient ce mot à un terme grec, qui veut dire souffrance, en rapport à celle endurée par Jésus Christ.
Les allusions Bibliques à la Pâque sont nombreuses :
1. La fête des pains sans levain, elle est évoquée dans plusieurs passages : Luc 22 : 1, 2 Chroniques 30 : 21 ; Matthieu 26 : 17 ; Luc 22 : 7 ;
2. La fête de Pâque : Marc 14 : 1 on y fait allusion à la Pâque, la grande fête de pâque Ezéchiel 17 : 21 ;
3. La fête, lorsque l’agneau y est évoqué il s’agit de la pâque, grande célébration : Matthieu 26 : 3- 5 ; Jean 5 : 1
La première fois que la fête de la pâque a été célébrée, c’est en Egypte à Goshen. Les juifs étaient dans la souffrance pendant 430 ans de servitude(d’esclavage); soit quatre siècles de souffrance. Mais dans leur détresse le peuple à crier à l’Eternel.
Le Dieu que nous servons exauce nos prières, crie à l’Eternel, il entend.
«Psaume 107 : 19-20 Dans leur détresse, ils crièrent à l’Éternel, Et il les délivra de leurs angoisses, Il envoya sa parole et les guérit, Il les fit échapper de la fosse.»
«Néhémie 9 : 27 Alors tu les abandonnas entre les mains de leurs ennemis, qui les opprimèrent. Mais, au temps de leur détresse, ils crièrent à toi; et toi, tu les entendis du haut des cieux, et, dans ta grande miséricorde, tu leur donnas des libérateurs qui les sauvèrent de la main de leurs ennemis.»
 
Nous servons un Dieu qui entend, il n’est pas indifférent à nos cris.
(Psaume 94 : 9 - Celui qui a planté l’oreille n’entendrait-il pas? Celui qui a formé l’œil ne verrait-il pas?)
«Genèse 16 : 13 Elle appela Atta-El-roï le nom de l’Éternel qui lui avait parlé; car elle dit: Ai-je rien vu ici, après qu’il m’a vue?»
J’aimerais te dire ce matin que le Dieu que nous prions est le Dieu ATTA EL ROI, IL voit IL entend et IL agit en ta faveur.
 
Ce que Dieu a fait hier pour le peuple d’Israël il le fera pour ta famille et pour toi.
Dieu sait là où tu es, le Dieu de la pâque te connaît et te localise (Exode 3 : 7-9).
Le Dieu de la Pâque voit nos douleurs, il connaît, il n’est pas ignorant de nos soucis au quotidien.
Dieu n’a pas dit qu’il va descendre, IL descend, c’est le Dieu d’aujourd’hui, le Dieu de maintenant qui intervient dans nos vies.
Dieu descend en ta faveur, quand il descend, c’est pour terrasser nos ennemis, quand il se lève nos ennemis se dispersent.
Cette période de trouble, sera pour toi un témoignage, Dieu te donne une raison de parler en sa faveur.
La bible dit que c’est Dieu qui a endurci le cœur de Pharaon pour faire éclater sa gloire. Ainsi parfois Dieu peut permettre au diable de faire des actions pour que l’on sache au final qu’il est Dieu.
Qui peut résister devant Dieu ? Parfois Dieu se sert de l’ennemi comme on manipule des marionnettes. IL va forcer la main de l’ennemi pour le contraindre à faire ce qu’il veut, ainsi dans le récit de ce matin, il a envoyé des plaies en Egypte. Mais, Le coup fatale qui a brisé pharaon, c’est l’ange de la mort, celui qui a frappé tous les premiers nés (Exode 11 : 9 ; Exode 12 : 27-33); Peu importe la garde de Pharaon, l’ange s’est introduit dans le palais, et il a frappé.
Il n’ y a aucune armée que Dieu ne peut percer, aucune maison dans laquelle Dieu ne peut pénétrer, car IL est Dieu.
 
Mieux vaut avoir des problèmes avec les hommes qu’avec Dieu.
 
Laisse ceux qui te méprisent te mépriser il y aura un moment où ils te demanderont de prier en leur faveur.(Exode 12:31-32)
 
En Egypte après le passage de Dieu, il y avait deux camps, le camp où il y avait des cris de douleurs et des pleurs et un autre camp où il y avait des cris d’allégresse, des chants de triomphe.
Dieu aime nous différencier, nous appartenons à Dieu et IL aime nous mettre à part, IL nous met à l’écart, il se charge de notre protection.
A cause de ce que nous vivons ces derniers jours, beaucoup sont anxieux, soucieux voir même tombent malades. Nous n’avons rien à craindre, il nous protège. Dieu aime marquer la différence entre les maisons qui le craignent et les autres (Exode 11 : 7 : Mais parmi tous les enfants d’Israël, depuis les hommes jusqu’aux animaux, pas même un chien ne remuera sa langue, afin que vous sachiez quelle différence l’Éternel fait entre l’Égypte et Israël.)
Comprenons bien ceci, ce qui a fait que Israël est différent de l’Egypte, ce n’est pas les bonnes œuvres qu’ils ont pu faire, ni leur pureté, la réponse se trouve dans le passage de Exode 12 ; Moïse avait appelé les grands sages, pour donner les instructions qu’il avait reçues de Dieu et c’est là que se trouve la différence, c’est l’agneau immolé, la marque du sang de ce sacrifice.
Nous sommes mis à part par l’agneau immolé, nous sommes différents par la vertu de l’œuvre de la croix. C’est Le sang de Jésus qui fait la différence.
Dieu aime que l’on reconnaisse ses œuvres dans nos vies (Exode 12 : 14), il veut que l’on conserve le souvenir de cette délivrance, il veut qu’il y ait une célébration en mémoire de cet acte posé. Dieu aime qu’on se souvienne de ce qu’il a fait pour nous.
 
Ne néglige rien, même le plus petit acte, souviens – toi et bénis Dieu pour ses œuvres dans ta vie.
 
Cette nuit sera célébrée en l’honneur de l’Eternel (Exode 12 : 42). Ainsi, aujourd’hui, c’est un jour de célébration où nous devons être reconnaissant et être dans la joie.
Durant cette nuit, les israélites ne redoutaient pas pharaon (Exode 12 : 12-13); car c’est Dieu qui devait frapper.
Le peuple juif ne devait pas se protéger du diable, mais par le sang de l’agneau il se mettait à l’abri de la colère de Dieu.
On se protège de la colère de Dieu d’abord et principalement. Dieu n’est pas un Dieu complaisant.
C’est l’œuvre de la croix qui nous préserve de sa colère. Notre Dieu fonctionne avec l’alliance du sang et c’est le sang de Jésus Christ qui nous protège.
Le seul sacrifice pouvant apaiser le cœur de Dieu, c’est celui du Christ. Il n’y a pas de Christianisme sans la croix.
Il est vrai que le péché nous rend vulnérable face à l’ennemi, nous créons des brèches et le diable fait ce qu’il veut de nous.
Le péché que nous commettons et déjà la nature Adamique nous place sous le jugement de Dieu, mais le sang du christ nous protège du jugement.
Le diable ne peut nous juger (Psaumes 94 :2, Psaumes 50 : 6), C’est Dieu qui est notre seul juge, c’est lui même qui décide de nous faire grâce en s’étant fait chair, car, il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. Nous pouvons nous décréter non coupable par la vertu du sacrifice du Christ à la croix.
Nous sommes tous pécheurs (Romains 3 :23) il n’y a pas de juste parmi nous.
Nous ne sommes pas sauvés par nos bonnes œuvres, par notre bon comportement, si nous mourrons sans christ, nous serons condamnés par Dieu.
«Psaume 14 : 2-3, tous sont égarés du haut des cieux, tous sont pervertis, aucun ne fait le bien, pas même un seul, nous sommes tous coupable devant Dieu, l’homme est injuste.»
«Corinthiens 6 : 9 – 10, injustes que nous sommes nous ne méritons pas le royaume des cieux.»
Dieu était tiraillé des deux côtés, par sa justice et par son amour. C’est ainsi que Jésus vient pour nous sauver, Il s’est offert en sacrifice pour que sa colère, le jugement tombe sur lui et ne nous condamne plus.
La croix a des intérêts pour l’homme mais pour Dieu car à travers cette œuvre IL peut activer sa miséricorde.
Ainsi dans jean 1 : 29, Jean Baptiste nous présente l’agneau pascal immolé, celui qui vient effacer nos péchés, celui qui vient ôter le péché du monde.
Une réalité sur ce passage:
On se focalise beaucoup sur ce qui se passe à l’extérieur et non sur ce qui se passait à l’intérieur.
A l’extérieur, Dieu frappait l’Egypte, et il outrepassait les maisons marquées par le sang de l’agneau.
Mais à l’intérieur on nous indique dans Exode 12 : 8-11, qu’il fallait respecter des recommandations:
1ère recommandation : il faut manger la chair et boire mon sang (Jean 6 : 23-56)
Ce langage veut dire ceci : accepter de croire en lui dans son sacrifice à la croix.
Quand on mange on consent, cela devient une partie de nous même, Christ nous invite à communier avec lui pour que sa parole nous nourrisse, nous fortifie.
Il veut que l’on croie en lui pour que nous puissions devenir une communion parfaite avec lui pour que nous puissions lui ressembler et marcher selon sa volonté.
Le feu, image de la condamnation, l’épreuve, le Christ de la croix s’est sacrifié pour nous, notre salut ne pouvait passer que par la mort, il n’ y a pas de pardon sans l’effusion de sang (Hébreux 9 : 22), (1 Corinthiens 1 : 21 ; 1 Corinthiens 2 : 2)
Il est important que nous identifions la mort et la résurrection. Quand nous passons par la croix nous renonçons à nous même, nous renonçons aux caprices de la chair, nous nous offrons pleinement à Dieu.
Manger sa chair, c’est accepté d’être crucifié avec Christ (Galates 2 :20).
Ce matin il nous demande de croire en lui, de manger sa chair et de boire son sang;
L’œuvre c’est aussi de croire en lui.
Ne nous contentons pas de la protection extérieure et des coups que Dieu donne à nos ennemis, il est important que nous nous soumettions à lui à l’intérieur en croyant en sa parole, en Lui.
 
Dieu veille sur nous !